Accueil / Nouvelles / Comment éliminer les interférences électromagnétiques (EMI)

Comment éliminer les interférences électromagnétiques (EMI)

How to eliminate EMIs

Éliminer les interférences électromagnétiques (EMI) avec la nouvelle norme NMB-005, 4e édition

Les lampes à diodes électroluminescentes (DEL) et les commandes de régulation de la lumière sont de plus en plus populaires dans le secteur de l’éclairage. Elles procurent de nombreux avantages, notamment une durée de vie espérée plus longue, un rendement et des possibilités de contrôle supérieurs. Cependant, elles nécessitent plus de composants électroniques, pour la plupart des composants électroniques actifs ou de commutation.

Vu la présence grandissante des composants électroniques actifs ou de commutation, le risque d’interférences électromagnétiques (EMI) est devenu prédominant. Ces dispositifs peuvent générer des émissions susceptibles d’affecter le réseau de distribution électrique ou les dispositifs électriques locaux.

Qu’est-ce que l’interférence électromagnétique (EMI) ?

L’interférence électromagnétique consiste en un bruit électrique qui peut engendrer des harmoniques et se propager, affectant une plage de fréquences étendue. Par conséquent, si ces fréquences sont utilisées pour la communication, le bruit ajouté à ces fréquences affectera certainement les signaux de communication.

En d’autres mots et pour brosser un tableau réaliste des conséquences des interférences électromagnétiques, si un équipement d’éclairage génère un bruit sur la même fréquence que votre meilleure chaîne de radiodiffusion FM, un phénomène de perturbation radioélectrique viendra sans doute perturber la réception attendue.

Ces interférences sont aussi nommées perturbation, parasite ou brouillage radioélectrique (RFI en anglais), lorsqu’elles affectent spécifiquement le spectre des fréquences radio.

Exemples d’interférence électromagnétique

Voici quelques exemples courants de l’effet des interférences électromagnétiques (EMI) dans notre quotidien :

  • Interférence avec les signaux de navigation
  • Perturbation des signaux audio et vidéo
  • Scintillement de l’image sur les moniteurs
  • etc.

Ces problèmes sont soit une conséquence des émissions par conduction ou des émissions par rayonnement.

Émissions par conduction

Les émissions par conduction consistent en une énergie électromagnétique générée par un dispositif électronique, qui peut être transmise ou couplée au cordon d’alimentation c.a. Puisque les cordons d’alimentation sont branchés au réseau de distribution électrique, il existe un risque élevé d’affecter tout le matériel électronique connecté au réseau.

Émissions par rayonnement

D’autre part, les émissions par rayonnement sont également une énergie électromagnétique générée par un dispositif électronique, cependant la propagation s’effectue dans l’air.

La nouvelle norme NMB-005 et les fabricants de matériel d’éclairage

Il devient nécessaire pour les fabricants de matériel d’éclairage de prendre en compte les interférences électromagnétiques dans la conception de leurs luminaires. L’objectif est d’éliminer ou de diminuer les interférences électromagnétiques à un niveau de perturbation raisonnable et viable, afin de procurer au marché des produits démontrant une compatibilité électromagnétique (CEM) adéquate. Le principal but de plusieurs normes, notamment CISPR et IEC, est d’harmoniser les performances des produits relatives à la CEM.

Industrie Canada a instauré la norme NMB-005 pour équilibrer ces produits. La 4e édition de cette norme est entrée en vigueur en décembre 2016 et vise tout particulièrement le matériel d’éclairage. La portée de cette norme a été élargie pour couvrir tous les produits d’éclairage qui peuvent produire des interférences électromagnétiques non désirées pouvant causer du brouillage radioélectrique. En d’autres mots, le matériel d’éclairage passif ou le matériel d’éclairage qui ne comporte pas de composants électroniques actifs ou de commutation est réputé conforme à la norme NMB-005.

La norme sur le matériel brouilleur NMB-05, 4e édition, établit les limites et les méthodes de mesure des émissions de radiofréquences par rayonnement et conduction produites par le matériel d’éclairage. Elle établit également les exigences administratives relatives à ce type de matériel d’éclairage, notamment l’étiquetage et le marquage, représentant l’auto déclaration de conformité du fabricant ou de l’importateur à la norme NMB-005.

Selon la norme NMB-005, 4e édition, tout matériel d’éclairage auto déclaré conforme à cette norme doit porter une des inscriptions ci-dessous, selon la méthodologie, les instruments et/ou les limites utilisés pour en vérifier la conformité :

  • CAN ICES-005 (A) / NMB-005 (A) s’applique au matériel d’éclairage de la classe A, ce qui signifie qu’il est peu probable que ce type de matériel d’éclairage soit utilisé dans un environnement résidentiel et pour lequel la méthode utilisée pour les essais est celle décrite à la norme ANSI C63.4.
  • CAN ICES-005 (B) / NMB-005 (B) s’applique au matériel d’éclairage de la classe B, essentiellement tout matériel qui ne peut faire partie de la classe A. Tout comme sous 1) ci-dessus, la méthode utilisée pour les essais est celle décrite à la norme ANSI C63.4.
  • CAN ICES-005 / NMB-005 s’applique lorsque la méthode utilisée pour les essais est conforme aux exigences décrites dans la norme CISPR 15.

En conclusion, les interférences électromagnétiques constituent un nouveau « mal nécessaire » auquel le secteur de l’éclairage du Canada est confronté et dont il devra tenir compte. Bien que la question soit, pour ainsi dire, invisible aux yeux du public, la norme NMB-005, 4e édition, poussera les concepteurs de systèmes d’éclairage à revoir la façon avec laquelle ils conçoivent leurs produits.

Commentaires

Fields marked with an * are required
Les champs marqués d'une * sont obligatoires